Version 2017

L'HISTOIRE



4ème de couverture


Un vase se brise. une voix connue surgit des bulles incluses dans le verre. C'est la sienne.
"Tue-le !" Mots libérés de leurs carcans, mots soufflés, mots impossibles : elle est morte !
"Tue-le !". Unique message porté par les éclats cristallins.
Le dernier de sa femme décédée, souffleur à la verrerie de Biot.
Car la vengeance reste encore, avec le temps, la forme la plus sûre de la justice.


... Une journaliste en parle



... Un autre raconte





... et les lecteurs écrivent.

Je viens de finir ton livre un roman noir magnifique, un superbe thriller qui ne donne qu'une envie, aller à la fin.
Je me suis régalé à le lire, et je ne dirais qu'une chose : encore !
- Fred. A.

Bonjour Pierre,
J'ai été particulièrement heureuse de vous retrouver au salon des écrivains de St Maximin. Ainsi que je l'ai exprimé lors de notre rencontre j'ai été saisie par l'intérêt porté à votre livre "É clats de bulles". Vous avez si bien su mêler l'alchimie entre le verre et le feu, deux matières que tout parait opposer et qui font naître avec de l'art et de la passion, et surtout du métier, de véritables petites merveilles que sont les dauphins évoqués dans cette histoire vengeresse, tenant le lecteur en haleine, se laissant guider par les évènements à une allure vertigineuse dans un huis clos brutal. Les personnages, même fictifs, pourraient avoir un visage à travers vos mots cristallins qui sonnent si justes. Un film pourrait être tiré de cet excellent thriller. Chaque souffle de verre laisse libérer un mot, celui que le lecteur a hâte de lire afin d'aller plus loin dans cette folle course à la vengeance, savamment orchestrée par les états d'âme d'un personnage qui ne trouve pas de répit. Un livre qui peut se "consommer" en une nuit sans faire ciller celui qui a eu la chance de l'ouvrir... Merci de nous donner ces excellents moments sans oublier l'accueil fidèle que vous réservez à vos lecteurs lors des salons. Avez vous eu une réponse pour votre venue à Fuveau en septembre, il me tiendrait à cœur de vous y voir. Très cordialement
- Marie-Hélène Amy, membre du comité de lecture de Fuveau